Qu'est-ce que l'hypnose?

L’inconscient est un réservoir de ressources, l’hypnose permet l’accès à ce réservoir.

Ce réservoir donne les outils d’une planification pour agir dans le réel.

L’hypnose ne permet pas de changer l’environnement mais notre rapport à celui-ci, ce sont les liens avec les êtres et les choses qui se modifient, se réajustent.

En état de veille la perception se trouve restreinte par les croyances, les peurs, les désirs, les regrets…il faut changer la perception des événements, c’est ce qu’on appelle la plastie mnésie.

Il ne faut pas toujours nécessairement rechercher la cause de la souffrance, il s’agit de réactiver l’animalité de l’homme dont le patient s’était coupé en se replongeant dans un système de fonctionnement premier.

Quand on fixe un point il devient flou jusqu’à être présent mais invisible. Pour retrouver une perception fidèle à la réalité il faut remettre du mouvement, il en va de même avec les ancrages que nous faisons tous au cours de notre vie et qui sont devenus invisibles, la remise en mouvement remet leur légitimité en cause et permet une ouverture vers les possibles.

Pour se remettre en mouvement il faut quitter sa zone de confort et accepter l’incertitude et être prêt à accueillir le changement, cela peut faire peur mais il faut éviter le piège de l’enfermement de la perception, c’est la clé de la liberté.

L’hypnose ne cherche pas à convaincre le patient de ce qui ne va pas, elle l’invite à ressentir cet inconfort et à se laisser prendre dans un positionnement différent.

Il faut admettre que nous avons une perception très subjective des événements et qui ne suit la plupart du temps aucune logique contrairement à ce que l’on voudrait bien croire pour se rassurer.

Le levier de la motivation est l’élément qui rend le changement non seulement possible mais surtout nécessaire, voir évident.

Nous venons au monde avec une capacité d’adaptation remarquable. L’apprentissage, la pensée rationnelle, le besoin de contrôle réduisent notre capacité d’évolution spontanée.

L’hypnose réinitialise le système nerveux, libére des apprentissages de ces nombreuses années de vie.

 

A la suite d’une hypnothérapie les gens ressentent une grande satisfaction et ils savent qu’à tout âge et à tout moment, il ne tient qu’à eux de continuer à élargir leur potentiel.


Questions diverses



A partir de quel âge peut-on faire une hypnothérapie?

Les capacités hypnotiques sont maximales entre 8 et 12 ans mais l'expérience de l'hypnose peut se faire dès le plus jeune âge avec une phase pré verbale de 0 à 2 ans, verbale de 2 à 4 ans, préscolaire et scolaire de 4 à 6 ans, moyenne enfance de 7 à 11 ans, l'adolescence  de 12 à 18 ans puis adulte.

L'hypnose est également une thérapie très fonctionnelle pour le 3ème âge où l'on n'a plus ce besoin absolu de tout contrôler et où la recherche du bien-être est omniprésent.


Je n’ai pas senti que j’étais rentré en hypnose.

Lors de son approfondissement le patient à la perception de tout se qui se passe et se dit, il peut parler, bouger, ouvrir les yeux… Les effets de l’hypnose ne sont pas conditionner à cet état.

Il n’y a pas de magie en hypnose, pas d’effets spectaculaires à ressentir ou voir.

Beaucoup s’étonnent de l’amplitude des effets obtenus en comparaison de la simplicité de l’expérience hypnotique.

Durant la séance vous ne perdrez pas conscience ni connaissance.

Les résultats peuvent se faire sentir tout de suite ou prendre effet quelques jours plus tard voir jusqu'à trois semaines, plus lentement mais il y a toujours un changement.

Ca n’a pas marché sur moi.

Ce n’était peut-être pas encore le moment de changer, il faut en avoir la volonté au fond de soi pour que le subconscient transforme le conscient. Il y a aussi probablement de l'auto-sabotage, vous voulez changer mais une partie de vous veut vous préserver de ce changement.

Il est aussi important de communiquer sans tabou avec le thérapeute pour que celui-ci cerne bien la volonté du patient, c'est pour cette raison que le thérapeute passe un certain temps à poser toutes les questions nécessaires au bon déroulement de la thérapie.

L’hyper contrôle peut aussi être un facteur bloquant à la thérapie, il est normal d’avoir une certaine appréhension à faire de l’hypnose. Il faut y aller progressivement et ne pas brûler les étapes.

Combien de séances seront nécessaires ?

Il n’y a pas de règle spécifique, cela varie d’un patient à l’autre, d’une pathologie à l’autre.

L’hypnose est une thérapie brève qui ne nécessite pas des mois de suivi.

Certains seront libérés à la première consultation alors que d’autres auront besoin d’un peu plus de temps.

Pour tout ce qui est addiction, les résultats sont asses rapides en fonction de l'origine de celle-ci, un temps plus long sera nécessaire pour régler un problème psychologique, deux à trois semaines pour voir les premiers résultats.

Pour la maladie de Cröhn 10 séances sont nécessaires pour apprécier une amélioration.

Cela va aussi dépendre du lâcher prise du client et de son besoin de contrôle.

Je vais enfin comprendre l’origine de mon problème, je vais retrouver des souvenirs enfouis.

L’hypnose ne s’intéresse pas forcément à la cause du problème, elle est orientée sur le présent et le futur en utilisant les ressources existantes chez le patient pour passer de la perception négative à une perception acceptable sans en effacer l’origine.

Il est hasardeux d’imaginer trouver la cause d’un problème car rien ne pourra jamais certifier la validité de la cause hormis une interprétation personnelle fantasmée. Le thérapeute pourra à certains moments revenir sur la ligne du temps pour revenir sur un blocage bien précis mais cette pratique doit être bien encadrée.

Pour l’hypnose, la rumination est un des facteurs qui entretient la pathologie.

Toutefois l’hypnose peut travailler sur la perception d’un souvenir bien réel.

J’ai vécu des sensations désagréables durant la séance.

Lorsqu’il y a une charge émotionnelle importante dans un traumatisme ou un syndrome anxieux important, faire l’expérience de l’hypnose peut générer des émotions négatives et inconfortables.

Tout d’abord le patient est libre de mettre fin à la séance si cela devient trop pénible, de plus le thérapeute sera présent pour accompagner celui-ci et proposer une technique de gestion des émotions.

Ces situations sont rares mais existes et doivent être accompagnées  par un thérapeute confirmé.

Il est important lors de l’entretien préalable de respecter  le rythme et les ressources du patient, il est important d’avancer pas à pas.